Gabon / Médias : La Revue de presse hebdomadaire

Libreville, 17 août (Infos Gabon)  – L’actualité est alimentée, la semaine écoulée, par le cinquantenaire de l’indépendance du Gabon. Cinquantenaire de l’indépendance du Gabon : une fête pour tous !  Titre ainsi, […]

Libreville, 17 août (Infos Gabon)  – L’actualité est alimentée, la semaine écoulée, par le cinquantenaire de l’indépendance du Gabon.

Cinquantenaire de l’indépendance du Gabon : une fête pour tous ! 

Titre ainsi, « L’Union » du 14 août 2010», qui note que si les festivités ont débuté voilà plusieurs semaines à travers la Provinciale du cinquantenaire, les conférences et débats, la Fête des cultures et la Journée du drapeau, elles devraient atteindre leur point d’orgue le 17 août avec le défilé militaire sur le boulevard de l’Indépendance et la finale de la Coupe du Gabon de football, remportée d’ailleurs par l’USB face à Missile FC . Il est vrai que le programme des festivités a été conçu de telle manière que l’ensemble des Gabonais soient associés. Kermesses pour jeunes, banquets dans les arrondissements, expositions diverses, carnaval, concert populaire et spectacle son et lumière complètent ledit programme. Conclut le journal.

Le Gabon 50 ans, et après ? 

Dans la même optique, « Gabon Matin » du 14 août 2010 dans une édition spéciale en 32 pages, dresse un bilan politique, économique, social et culturel du Gabon ces dernières années, et esquisse par la même occasion, quelques perspectives pour l’avenir.

La même édition du quotidien précité relaye les propos de Paul Mba Abessole : « Léon Mba et Omar Bongo Ondimba, deux dignes fils de notre pays »

Un cinquantenaire sous le sceau de l’histoire et de la prospective, estime de son côté, « Tribune » du 11août 2010.

La suprématie d’Omar Bongo Ondimba 

Annonce pour sa part, « Tendance Gabon » du 14 août 2010. L’histoire de notre pays, écrit le bimensuel, reste sensiblement dominée par un homme, Omar Bongo Ondimba, qui a su garder le pouvoir pendant 42 ans. Offrant au pays une stabilité sans pareille dans la sous région.

Un demi-siècle d’indépendance sous la tutelle du colonisateur 

Affiche « La Démocratie » du 12 août 2010, qui souligne que « La relation Gabon-France est une si vieille complicité trahie »

A contrario, « AZ » du 13 août 2010 estime que « de la Colonie à la République, est un parcours heureux 

Chantiers du cinquantenaire : l’UN déplore la mise à l’écart des entreprises gabonaises 

Tel est, entre autres, l’un des faits dénoncés vendredi par ce parti de l’opposition, rapporté par « L’Union » du 14 août 2010

Emboîtant le pas au journal précité, « Nku’u le messager » du 9 août 2010, dans cet intitulé : « cinquantenaire : 17 août sous un climat politico-social délétère, des lendemains incertains avec des chantiers essoufflés », explique que « quoi qu’il en soit, le constat est accablant. Le cinquantenaire est célébré dans une capitale gabonaise sens dessus-dessous, comme s’il fallait attendre cinquante ans pour bitumer les rues, curer les caniveaux, refaire les trottoirs, peindre les édifices publics, le tout dans un désordre inqualifiable ».

Même chose pour « Le Nganga » du 10 août 2010 qui estime que Libreville reste encore un vaste champ en jachère caractérisé par des pousses de travaux lancés tous azimuts et confiés à des entreprises adjudicataires qui, elles, avancent à leur rythme.

Exposition Gabon ma terre, mon futur 

Affiche « Tendance Gabon » du 14 août 2010 qui rapporte « les actions de la Première Dame du Gabon ». Au nom de la Première Dame Sylvia Bongo Ondimba, écrit le confrère, la chargée de la communication, Eveline Diatta, a décliné les différentes activités au cours d’une conférence de presse à la Foire Exposition de Libreville, vendredi dernier. Cette Exposition d’art mettra en valeur la richesse de notre patrimoine culturel. Cette fête célébrera notre histoire, notre union nationale et notre fierté d’être Gabonais dans le respect de la mémoire du passé mais résolument tourné vers l’avenir.

16 octobre 2009-17 août 2010 : Les dix mois d’Ali Bongo Ondimba 

Elu à la Magistrature suprême du Gabon depuis le 30 août 2009, rappelle « Gabaon » du 13 août 2010, Ali Bongo Ondimba a réussi en si peu de temps à faire l’unanimité autour de sa personne. Selon ce bimensuel, les Gabonais sont en passe de croire que le Chef de l’Etat est vraiment l’homme de la situation. « Frappé par une paupérisation galopante suite à la crise économique mondiale et de la disparition subite de feu le Président Omar Bongo Ondimba, le Gabon en pleures, était à la recherche d’un repère ». conclut le journal.

Mauvaise gestion des deniers publics : Ali Bongo Ondimba sonne la fin de la recréation 

« Gabon Matin » du 14 août 2010 rapporte que le secrétaire général adjoint, porte parole de la Présidence, Guy Bertrand Mapangou a, dans le compte rendu des activités hebdomadaires du Chef de l’Etat, souligné que les conclusions du rapport public de la Cour des compte et le rapport général sur le contrôle de l’exécution des lois de finances, font observer la persistance de plusieurs errements dans la gestion des deniers publics, la non observation des règles de procédures existantes en matière de gestion comptable, de passation de marchés publics et d’unicité des caisses.

Ainsi, dans ces deux rapports, de nombreuses administrations, entreprises publiques, établissements publics et les gestionnaires des fêtes tournantes sont épinglés dans ces rapports, qui n’ont pas manqué d’établir les responsabilités de certains de leurs gestionnaires. Guy Bertrand Mapangou a révélé à la presse, poursuit le quotidien, que le Chef de l’Etat qui s’est ému de ce que certains Gabonais n’ont pas encore changé de comportements malgré plusieurs mises en garde a, séance tenante, enjoint les Ministres du Budget et des Comptes publics, ainsi que son collègue de l’Economie, de saisir dès demain le Procureur de la République, pour tirer au plus vite les conséquences qu’appellent ces comportements anti patriotiques.  

 « Le Nganga » du 10 août 2010 qui opine du même bonnet que le journal précité, en titrant : « Les Fêtes tournantes du cinquantenaire : pourquoi les choses sont en train de changer !», souligne qu’il est passé le temps des sagas financières avec la bénédiction du Bord de Mer !

Conseil supérieur de la Magistrature : les mesures individuelles 

Révèle « Gabon Matin » du 14 août 2010 qui note que ce Conseil a pris vendredi des mesures portant promotions, mutations et affectations de magistrats. 

Journée Nationale du Drapeau : un défi civique à relever 

cette journée célébrée pour la 1e fois, lundi dernier à Libreville, explique « Gabon Matin » du 11 août 2010 » ,a été l’occasion pour le Président de la République Ali Bongo Ondimba de faire un rappel « au respect de nos devoirs républicains face à la persistance des comportements non citoyen » dans notre pays.

Journée Nationale du drapeau « A nos couleurs 

Allant dans le même sens, « L’Union » du 10 août 2010 écrit que devant le Président de la République Ali Bongo Ondimba, élevé au rang de Grand maître de l’ordre de la Panthère noire, des personnalités, dont les membres du Gouvernement, ont manifesté lundi, leur attachement à notre drapeau, « un acte de civisme qui devrait permettre aux Gabonais de réaffirmer leur appartenance à une seule Nation ». Dans la foulée s’est déroulée une cérémonie autour de la valeur des symboles à la tribune officielle, boulevard de l’Indépendance. Alors qu’un Atelier de formation et conférence étaient organisés plus tard, le premier à l’Assemblée Nationale à l’intention des militaires, auxiliaires de commandement et chefs d’établissements scolaires, la seconde à la Direction Générale de l’Economie et de la Législation Fiscale (DGELF) autour des symboles et des enjeux liés à cette journée, la première du genre. Quant au commun des Gabonais, il s’est montré globalement favorable à cette initiative, arborant, partout où il se trouve, les couleurs nationales. 

Conseil Economique et Sociale (CES) : un pont entre l’Etat e la société civile 

C’est « L’Union » du 11 août 2010 qui affiche à sa une. A l’image de « Gabon Matin » du 11 août 2010, notre consoeur rapporte que le CES a célébré mardi ses 51ans. Occasion pour son président Antoine Mboumbou Miyakou, de saluer devant le Président de la République Ali Bongo Ondimba, le rôle joué par cet instrument d’alerte, véritable passerelle entre l’Etat et la société civile. Il a également rendu hommage au défunt Président Omar Bongo Ondimba, pour avoir fait du CES la 3e assemblée constitutionnelle du pays, ainsi qu’à ses prédécesseurs à la tête de l’institution. 

PDG : Pourquoi Boukoubi panique ? 

A en croire « Le Mbandja » du 14 août 2010, depuis la fin des législatives partielles et en attendant le vide du délibéré de la Cour constitutionnelle sur le cas de contestation pour fraude qui visent les candidats de son parti, « Faustin Boukoubi, le sémillant Secrétaire général du PDG est au four et au moulin. L’homme tenterait visiblement non seulement de transformer le fiasco de son parti en victoire, mais aussi de faire porter le chapeau de la fraude à la seule opposition. A en croire que son fauteuil est mis à prix pour une telle agitation. Du fond de sa tombe, le défunt Président est-il content de lui ? »

Contentieux issu des législatives partielles du 6 juin dernier : Les requérants déboutés  

Pour « L’Union » du 13 août 2010, « la Cour constitutionnelle a rejeté jeudi pour insuffisance et absence des preuves, les requêtes en annulation des élections législatives partielles du 6 juin dernier introduites par 4 candidats malheureux. Ces recours concernaient les circonscriptions du Komo-Mondah (1e siège), de Mulundu (1e siège) et de Bendjé (2e siège). L’élection sur ces sièges des PDG Julien Nkoghé Bekalé,  Régis Eudes Immongault et Charles Otando est donc confirmée.

Idem pour « Gabon Matin » du 13 août 2010 qui relaye la déclaration du secrétaire général du PDG : « Nous ne doutions pas que la Cour constitutionnelle lirait le droit ».

Alors que de son côté, « L’Union » du 14 août 2010, après le rendu de la Cour constitutionnelle, fait parler « Julien Nkoghé Bekalé : « Seule compte la preuve et non les allégations intempestives des mauvais perdants »

Législatives 2011 : La cohabitation est-elle possible ? 

S’interroge « AZ » du 13 août 2010. En perdant la présidentielle anticipée du 30 août 2009, estime le journal, André Mba Obame, dans ses déclarations véhémentes, semble oublier une chose, ce qu’il a été le chantre, la voix du maître et le principal défenseur du précédent régime de ces 20 dernières années. Il n’aura certes pas compris que le fauteuil présidentiel ne peut contenir qu’une seule et unique personne. En politique, la trahison est une question de date. Mais pour que l’Opposition y parvienne, il faudra que le PDG, ses alliés fidèles, traditionnels, naturels, leur fassent le lit. Ce qui n’est pas à exclure. Car nouvellement porté à la Présidence du parti, le distingué Camarade Président Ali Bongo Ondimba, avait lors du 10e congrès extraordinaire déjà annoncé d’œuvrer à la consolidation des acquis. Ce qui a valeur de symbole à ceux qui croyaient à une fin probable du parti et du régime quarantenaire à l’époque. Tout en invitant par la même occasion les siens à plus d’efforts.

Le parti de Pierre Mamboundou fonctionne toujours dans l’illégalité

Jetant le pavé dans la marre, « La Démocratie » du 12 août 2010, note qu’aucun Ministre de l’Intérieur n’a eu le courage de signifier à Pierre Mamboundou depuis la création de son parti. Tout se passe comme s’il y avait une entente tacite entre le leader de l’UPG et les différents Ministres qui se sont succédé à l’Avenue de Cointet. Florilèges. Pierre Mamboundou, ajoute le bimensuel, a intérêt à mettre son parti au diapason. Sous d’autres cieux, son fonctionnement aurait dû être suspendu, afin de le sommer de se mettre en règle. Mais ne sommes-nous pas au Gabon, pays du dégel, du compromis, de la tolérance et de la paix ?

L’UPG : l’opinion préoccupée par le mutisme autour de l’absence de Pierre Mamboundou 

Pour « L’Union » du 12 août 2010, d’aucuns se demandent toujours où est passé le leader de l’UPG, absent de la scène politique depuis la dernière élection présidentielle anticipée du 30 août 2009. Ce d’autant plus que du côté du directoire du parti, c’est le silence qui est de rigueur. Et pourtant depuis plusieurs mois, il ne passe pas la moindre semaine sans effectuer une sortie. Mais seulement pour commenter et analyser les décisions du pouvoir. Rien de précis sur leur leader. Alors que cette volonté de communiquer devrait le conduire à évoquer ce sujet. Pour mettre fin à toutes spéculations.

La réponse est donnée par « Gabaon » du 13 août 2010 qui écrit que le principal leader de l’opposition gabonaise, fait taire la rumeur. En effet, « Donné pour mort, Pierre Mamboundou tient sur ses deux pieds »

Crise à l’Union Nationale (UN) : le torchon brûle à Moanda 

« Gabon Matin » du 13 août 2010» révèle que depuis l’arrestation du Maire, Jean Rémy Lépémangoye, rien ne va plus dans la commune où règne une chasse aux sorcières. Le Maire adjoint du 1e arrondissement, Anaclet Bolo, a reçu de ce mois, une demande d’explications se Faustin Ngossanga, le représentant communal de cette formation politique, par ailleurs Maire de l’arrondissement. Les jours qui suivent pourraient être riches en enseignements et en rebondissements d’une crise qui n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Pourquoi veut-on effacer Rose Francine Rogombé de l’histoire ? 

C’est « Le Scarabée » du 13 août 2010 qui s’interroge à propos du cinquantenaire de l’indépendance. L’histoire de notre pays, estime le journal, risque une fois de plus de mal s’écrire au moment où, les forces vives de la Nation célèbrent les 50 ans d’indépendance. Personne n’ignore tout le mal que cela peut causer aux générations actuelles et futures. Comme il n’est jamais trop tard pour bien faire, il serait judicieux que les initiateurs de la falsification honteuse de notre histoire corrigent l’erreur en ajoutant la photo de Rose Rogombé aux trois autres beaux portraits qui ornent notre belle Capitale.

Dans la même optique, « La Démocratie » du 12 août 2010 « » pense aussi qu’« il n’est pas bon de travestir l’histoire.

Rose Francine Rogombé veut « voler » le merco de Jacky ? 

la Mercedes S 350 Full options d’une valeur de 100 millions de FCFA commandée il y a quelques temps par le Maire de la Commune de Libreville, révèle « Le Mbandja » du 14 août 2010, crée des convoitises au Sénat. Le Président de cette institution, Rose Francine Rogombé constatant l’indifférence de son voisin à solder son compte à Tractafric, aurait souhaité acquérir le bolide. Aura-t-elle la rutilante Merco de Jacky ? L’humanité a connu la guerre du feu. Elle redoute celle de l’eau. Mais le Gabon, grâce à Jacky et Anti, va lui offrir celle de l’auto. On est vraiment rentré dans l’histoire. Par la portière arrière…

C’est dur d’avoir une jeune épouse à Libreville qui fourmille d’autant de jeunes tombeurs et dragueurs…

Le même journal, note que la femme du Chef de l’Etat se déplace sans escorte à Libreville. Ce qui n’est pas le cas de la « femme » du Maire de Libreville. Dans son Audi aux vitres masquées comme une burqua, Yolande Ntoutoume Emane est précédée d’un Grand Vitara, gyrophare sur la toiture avec plaques bleues de la Mairie (3994 G1Y). Et comme le Maire ne fait jamais les choses à moitié quand il s’agit de protéger sa Yoyo, il a aussi pensé à assurer les arrières de sa tendre. Ainsi l’escorte municipale est bouclée par un pick-up double cabines de la Mairie (3978G1Z).

Le Maire de Moanda remis en liberté

Incarcéré à la prison de Franceville le mois dernier pour malversations, rapporte « L’Union » du 14 août 2010, Rémi Lépémangoye, vient d’être remis en liberté provisoire. L’enquête se poursuivant, l’édile pourrait reprendre ses fonctions. Arrêté à domicile avant d’être écroué, le Maire doit répondre d’un détournement d’argent public lors du marché du pavage de ruelles de la cité. Deux autres personnes, dont l’entrepreneur, Robert Blagozevic, qui avait remporté le marché, avaient également été arrêtées.

Une station piscicole à Lambaréné pour réduire l’impact sur la biodiversité 

Annonce « L’Union » du 14 août 2010 à propos de la coopération Japon-Gabon. En effet, 3e projet communautaire dans le domaine de la pêche et de l’aquaculture initié dans le Moyen-Ogooué et 39e fruit de la coopération nippo-gabonaise, cette nouvelle structure permettra l’encadrement des éleveurs de poissons et la formation, entre autres, de 40 pisciculteurs par an.

Dans le même registre, « Gabon Matin » du 13 août 2010, évoquant le secteur bancaire, indique qu’Investissements ECP et Asset Management sont prêts à investir au Gabon. A en croire le quotidien, les responsables de ces deux groupes, américain et suisse, ont exprimé lundi dernier à Libreville leur volonté d’accompagner le Gouvernement gabonais dans la mise en œuvre de la politique de l’émergence prônée par le Président de République Ali Bongo Ondimba. C’était, précise « L’Union » du 12 août 2010, au cours d’une audience avec le Premier Ministre Paul Biyoghe Mba.

La CAISTAB en Chine : quand les amis d’Ali chiffonnent son émergence

« Le Nganga » du 10 août 2010, signale que la CAISTAB aille à l’Exposition Universelle de Shanghai présentée au Monde entier sa production cacaoyère, c’est discutable. Mais que son DG Mathias Otounga Ossibadjouo s’offre le luxe de s’y rendre en compagnie de sa respectable épouse, dont l’ordre de mission stipule qu’elle y exerce en tant qu’agent comptable, alors qu’en réalité madame est haut cadre et agent comptable au CGC, là ça ne passe carrément pas.

« Gabon Matin » du 13 août 2010, pour sa part, relaye la réaction de Mathias Otounga Ossibadjouo : « Je n’ai jamais été en Chine ». Selon le confrère, il se dit surpris, dans un communiqué de presse, des informations publiées dans un journal de la place faisant état d’un voyage qu’il aurait effectué en Chine, en compagnie de son épouse, et aux frais de l’institution qu’il dirige. Il concède qu’il a pris l’habitude d’effectuer ses voyages professionnels avec son épouse mais, dans ce cas, il veille à assumer lui-même toutes les charges liées au séjour de son épouse. Le voyage dont parle « Le Nganga » n’a pas eu lieu, précise le patron de la CAISTAB.

Des produits impropres à la consommation mis en quarantaine 

Il s’agit, explique « L’Union » du 12 août 2010, de six conteneurs de 40 pieds chacun, dont la cargaison, abandonnée par son propriétaire et devant faire l’objet d’une vente aux enchères par les services des Douanes, a finalement été déclarée avariée après analyses en laboratoire. La destruction de ces produits aura lieu dans les tout prochains jours. D’où l’appel à la vigilance lancé, une fois de plus, aux consommateurs par le Directeur Général de la Direction Générale de la Concurrence et de la Consommation, Pierre Guy Boudianguela. Il a d’ailleurs doublé ses effectifs au port d’Owendo, de sorte que les festivités du cinquantenaire ne soient pas une occasion pour ventiler des produits avariés. 

On nage en pleine émergence !

« Le Scribouillard » du 13 août 2010, qui intitule : « Emergence et mauvaise gouvernance : Onkeya-Biyoghé Mba, mêmes intérêts…même combat ? », écrit que surtout lorsqu’on apprend que les « délégués » (sic), nommés pour seconder Félix Onkeya, administrateur provisoire du CRH, du FAGA et du FNH dans sa lourde tâche d’assainissement des finances de ces structures, devraient, eux, palper un maigre salaire évalué à 2 millions FCFA par mois ! Oui, « laissez nous avancer !». Conclut le bimensuel.

Du nouveau chez les sapeurs pompiers 

« Gabon Matin » du 13 août 2010, note à propos du Conseil des Ministres de jeudi dernier, qu’il a adopté 2 nouveaux textes dont un réorganisant le corps des sapeurs pompiers en vue de redéfinir ses missions et ses structures pour les adapter à la vision nouvelle. Ce qui a été de même pour le génie militaire. Par ailleurs, ce Conseil a ensuite invité le peuple à se mobiliser pour célébrer, dans la joie et la quiétude, le Cinquantenaire. Aussi, a-t-il exceptionnellement autorisé les tenanciers de bars à rester ouverts au-delà de 22 heures, les 16 et 17 août prochains.

Le partenariat entre le Gouvernement et les promoteurs privés circonscrit  

Le Ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation (…) Séraphin Moundounga, et les promoteurs d’établissements privés reconnus ou non d’utilité publique, rapporte « Gabon Matin » du 13 août 2010, se sont retrouvés mercredi dernier à l’Ecole Normale Supérieure (ENS), pour circonscrire le partenariat qui lie les institutions privées du secteur éducatif au Gouvernement.

« Le Scarabée » du 13 août 2010, de son côté, brosse un aperçu de l’évolution historique de l’Ecole gabonaise, de la période coloniale à nos jours, au lendemain des états généraux « bis » de l’Education.

Création des cités vertes : une solution d’appui au secteur privé 

Affiche « Gabon Matin » du 13 août 2010, qui note que dans le cadre de la mise en place d’un nouveau partenariat entre l’Etat et les promoteurs d’établissements privés dans le domaine de l’éducation et de la formation, le Gouvernement, par l’entremise du ministère de l’Education Nationale envisage de créer des « Cités Vertes de l’Education et du Savoir ». Celles-ci constitueront des espaces géographiques aménagés pour la construction des établissements privés, avec des avantages sur le plan douanier et fiscal.

Au banc du BAC : « Allumette » allume publiquement Omar Bongo Ondimba

Pour le tout puissant Ministre de l’Education Nationale, martèle « Le Mbandja » du 14 août 2010, il n’ya pas à redire : « le défunt Président de la République n’était qu’un affreux tricheur. Voire un horrible assassin de notre système éducatif qui a camouflé, durant des décennies, l’insignifiant niveau de notre système scolaire. D’où, prenant son courage à deux mains comme un grand garçon, il a jugé utile de profiter des résultats calamiteux des examens de cette année pour dénoncer ce qui, à l’écouter, s’apparente, ni plus ni moins, à un génocide intellectuel. Et ouvrir à l’occasion, le procès de l’auteur de ce qu’il croit être un crime contre la connaissance. Biyoghé 1er de la Principauté de Bikélé et son vassal de Moabi ont réalisé un coup fumant : en s’essuyant ainsi les pieds sur la mémoire d’Omar Bongo Ondimba sans que personne, du parti au Palais, ne lève le petit doigt, ils ont réussi à laisser croire qu’ils agissent avec l’aval du Chef de l’Etat. Ce qui n’est pas sans subtilité : opposer le fils à son père, est un chef d’œuvre du cynisme politique ».

Confection et sécurisation des nouveaux permis de conduire 

En titrant : « Le Groupe GEMALTO prend position sur le marché local », « L’Union » du 11 août 2010, explique que le Gouvernement, à travers le ministère des Transports et de l’Aviation civile, envisage de mettre en place un nouveau système d’établissement des permis de conduire et des cartes grises. GEMALTO, déjà concepteur du système d’immatriculation des assurés de la CNAMGS, vient de remporter l’appel d’offre.

Dans un autre son de cloche, « Nku’u le messager » du 9 août 2010, estime qu’il y a un épais nuage qui plane au dessus de l’immatriculation des véhicules, avec beaucoup des zones d’ombre.

Lutte contre le paludisme : des résultats satisfaisants au premier semestre 2010 

C’est ce qui ressort de l’atelier de restitution de deux enquêtes menées sur le paludisme depuis bientôt cinq ans. En effet, explique « L’Union » du 12 août 2010 », la première enquête porte sur la faisabilité de la prise en charge des cas de paludisme à domicile (PEDACOM) dans la région sanitaire du Moyen-Ogooué, au centre du Gabon, qui a servi de zone pilote. Quant à la seconde étude menée dans toutes les régions du Gabon, elle concerne l’évaluation de l’impact des interventions de lutte contre le paludisme dans les formations sanitaires de 2005 à 2009. Ces interventions ont été axées sur la prévention et le traitement intermittent du paludisme chez les femmes enceintes et la distribution gratuite des moustiquaires imprégnées et d’insecticides à longue durée d’efficacité.

El Hadj Omar Bongo Ondimba et le Rais Ali Bongo Ondimba, artisans de la promotion de l’Islam au Gabon

La même édition du journal précité, indique que depuis mercredi dernier, les croyants du Gabon, à l’instar de la majorité de leurs coreligionnaires à travers le Monde, observent les prescriptions du quatrième pilier de l’Islam. Le président du Conseil Supérieur des Affaires Islamiques du Gabon (CSAIG), Ismaël Oceni Ossa, qui a rendu un hommage « appuyé et mérité » à l’ensemble des artisans de la promotion de l’Islam dans notre pays et principalement à El Hadj Omar Bongo Ondimba et à son successeur, le Rais Ali Bongo Ondimba, a invité les musulmans à multiplier les bonnes œuvres durant ce mois béni. C’est parti donc pour un mois d’intense adoration et de fréquentation accrue des mosquées et autres lieux de prière pour les croyants musulmans.

Affaire IBA-Josephine Kama Dabany : comme une odeur d’escroquerie 

Au grand étonnement de la Présidence de la République, s’insurge « Gabon Matin » du 12 août 2010, Jean Ntoutoume Ngoua enjoint le Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, dans une correspondance datée du 18 juin dernier, de payer une créance évaluée en principal à 99 203 544FCFA, dans une Affaire dont l’institution n’est nullement concernée. Créant, à dessein, un amalgame conjugué d’un chantage.

Affaire Patience Dabany-IBA : Un amalgame aux allures de piège 

En titrant ainsi, « L’Union » du 13 août 2010, va dans le même sens que le journal précité. En effet, souligne la consœur, d’aucuns estiment qu’en interpellant le Président de la République Ali Bongo Ondimba, à cause de sa qualité de fils de Mme Dabany, le patron d’IBA, Jean Ntoutoume Ngoua, a manifestement voulu faire dans la confusion. Et peut-être tenter de conduire le Chef de l’Etat à violer les principes de l’Etat de droit.

Projet de construction des lotissements sociaux 

« Ruffin Pacôme Ondzounga visite les lotissements de la SNI ». Il s’agissait pour le Ministre de l’Habitat, du Logement et de l’Urbanisme, rapporte « Gabon Matin » du 12 août 2010, de toucher du doigt l’état d’avancement des travaux sur deux sites de la Société Nationale Immobilière (SNI) à Owendo, où seront construits de logements sociaux.

Pour sa part, « L’Union » du 13 août 2010 était à la « rencontre de Juste-Valère Okologo, directeur général de la SNI, en relayant son propos : « nous avons vocation à aider la puissance publique, car l’offre de la SNI s’adresse prioritairement aux compatriotes disposant de bas revenus». Selon le quotidien, l’intéressé a évoqué les missions de la SNI, le bilan des actions, la problématique de l’accès à la propriété et la situation financière de cette structure, qui entend faire bouger les lignes sur le front de la crise du logement.

L’offre d’emplois a chuté d’environ 90%, avec l’interdiction d’exporter des grumes

C’est « L’Union » du 11 août 2010 qui annonce cette nouvelle. Jetant un regard sur « un marché longtemps marginalisé, où plus de 500 emplois sont à pourvoir à Makokou et dans les environs », le quotidien révèle que la tendance pourrait se redresser dès septembre prochain. Mais pour maintenir les emplois dans la filière bois en mutation, les entreprises doivent gérer autrement les ressources humaines. 

La lettre du comparatiste est née 

C’est une revue scientifique que viennent de créer les étudiants de 4e année de littérature comparée pour s’exprimer sur des thématiques grand public dans toute leur diversité. Annonce « L’Union » du 11 août 2010. Elle a été officiellement présentée à la population estudiantine à la Faculté des Lettres et Sciences humaines. Signalons que dans la même optique, le samedi 14 août dernier au Palais du Sénat, le Dr Marcel Eloi Rahandi Chambrier a présenté également son livre : « Un homme de courage », préfacé par Jean Didier Roisin, Ambasadeur de France au Gabon. Dans cet ouvrage l’auteur « restitue » l’histoire du Gabon et fait son autobiographie.

Scandale financier à la BEAC : Andzembé suspect n°1 

« Pourquoi l’ex-Gouverneur n’est-il pas entendu par le doyen des juges ? », se demande « La Nouvelle République » du 13 août 2010. Et de poursuivre : « Et Ngambia, le bambin qui se retrouve comme un cheveu dans la soupe à la tête du Ministère de l’Economie, pourquoi n’est il pas également entendu jusque-là ? N’oublions pas que ce dernier était directeur d’approvisionnement à la BEAC. A quoi joue l’émergeur en chef ? Serait-il le bouclier brandi par ces vilains pour narguer notre justice ? Qu’attend le doyen des juges pour coffrer toute la horde mafieuse ? »

Affaire de la BEAC : Qui sont les vrais bénéficiaires des détournements décriés ? 

A en croire « La Une » du 13 août 2010, l’opinion s’impatiente, elle, qui veut connaître les dessous de cette Affaire, dont la principale victime semble être Jean Pierre Oyiba.

Titrant d’autre part : « complot au sommet de l’Etat : A quel prix Oyiba est-il parti du cabinet d’Ali ? », le même journal estime qu’à ce qui s’est dit, le sémillant André Mba Obame se réjouirait du départ de Jean Pierre Oyiba de la direction du cabinet présidentiel (…) Convaincu qu’il est désormais seul maître à bord, Maixent Accrombessi n’en fera plus qu’à sa tête.

« Le Crocodile » du 14 août 2010, renchérit : « Affaire de la BEAC : A qui profite les détournements ? » ou encore : « Complotite d’Etat : Qui veut enterrer Oyiba vivant ? »

Idem pour « Gabaon » du 13 août 2010 qui soutient cette thèse, facs simulés à l’appui: « Le complot déjoué par Jean Pierre Oyiba dans l’Affaire Etat gabonais-Progosa!»  selon le journal, la campagne de diffamation conduite actuellement contre Jean-Pierre OYIBA dans cette affaire par Jacques Dupuydauby visé par un mandat d’arrêt international, est inacceptable. Ce bimensuel soutient que la dernière actualité maladroitement entretenue par certains autour de cette affaire contre l’Etat gabonais suscite bien des interrogations chez ceux qui de près ou de loin ont suivi les multiples stratagèmes orchestrés par cette société écran de droit espagnol et par ce personnage pour prendre le contrôle des ports d’Owendo et de Port-Gentil.

Allant dans le même sens sur la « Cabale médiatique contre un citoyen », « Le Scribouillard » du 13 août 2010, en s’interrogeant : « Qui Oyiba gêne-t-il ? », ouvre aussi un dossier sur cette Affaire.

BEAC rapport 2009 : Gabon, Guinée Equatoriale, Tchad et Cameroun indexés 

Annonce « Le Nganga » du 10 août 2010». Pour ce journal, le rapport a également mis en cause les décaissements de l’institution au bénéfice des trésoreries nationales de ces 4 pays de la sous-région, qui ont bénéficié de « trop perçus » pour un montant de 6,2 milliards de FCFA.

Michel Baïot dans le viseur de Biyoghé Mba

Le même journal ouvre un autre dossier cette fois-ci sur le CGC. En effet, dans sa rubrique intitulée « Transes », il souligne que Baïot, récemment nommé DG du Conseil Gabonais des Chargeurs (CGC) grâce à un lobbying actif d’une personnalité aussi discrète qu’incontournable de la Province de l’Ogooué Maritime, n’a pas attendu un mois pour faire regretter à son bienfaiteur de l’avoir remis en selle. L’ex-bel homme de l’agence Air Gabon à Paris n’a pas trouvé mieux que de faire revenir le CGC au bon souvenir des lecteurs friands de scandales financiers. Selon des sources à la Primature, Biyoghé Mba n’aurait toujours pas décoléré ! Surtout quand il se rappelle qu’il a voulu rendre service à un vieil ami qui l’a longtemps harcelé en acceptant de nommer le Baïot en question au CGC.

 « Le CGC dans la tourmente : la faute à la géopolitique ». Note le bimensuel. L’ambiance de travail s’est tellement viciée qu’il y a à craindre d’ores et déjà que cette régie ne retombe dans les errements préjudiciables qu’elle a connus avant le passage d’Alfred Nguia Banda à sa tête. Ces trois dernières années, il était parvenu à sortir de l’ornière.

Gestion approximative des entreprises publiques : le CGC en dérive 

C’est « Le Mbandja » du 14 août 2010» qui emboite le pas au journal précité. Après le lâche assassinat de René Ziza, voilà que le CGC fait à nouveau parler de lui, pour une affaire de détournement. Noel Baïot, le nouveau DG, s’il n’y prend garde, risque d’y laisser les plumes, dans ce qui est perçu comme l’affrontement du siècle entre les pachydermes de l’Estuaire et ceux de l’Ogooué-Maritime.

Rougier Gabon-populations d’Ovan : désamour autour d’un massif forestier 

Si elle s’est apaisée ces dernières semaines, rapporte « L’Union » du 10 août 2010, la grogne des populations d’Ovan contre la compagnie Rougier-Gabon n’est pas complètement éteinte. Les tensions sont nées d’un massif forestier, une concession attribuée par les autorités à la compagnie forestière. Ce conflit pose le problème de la cohérence des décisions prises par l’administration centrale (ministère des Eaux et Forêts) et ses représentations déconcentrées en Province. Selon la procédure, une commission provinciale dirigée par le Gouverneur s’occupe de l’attribution des PPG aux villageois, tandis que  le comité national attribue les grands permis aux exploitants forestiers. On se demande seulement si les informations sont coordonnées.

Brainforest en mission d’observation à Moanda et à Mounana

Le même quotidien signale qu’une délégation de cette organisation non gouvernementale spécialisée dans les questions environnementales a séjourné dernièrement dans ces deux villes, avec pour objectif d’observer l’impact de plusieurs décennies d’exploitation du manganèse et de l’uranium sur l’environnement et les populations locales. Les séances de travail avec les populations étaient souvent édifiantes. Créée il y a dix ans, Brainforest milite pour une exploitation rationnelle des ressources naturelles et la valorisation des produits forestiers non ligneux. Son champ d’action s’étend aussi à la défense des droits des populations locales et des peuples de la forêt, à la lutte contre le braconnage et la corruption dans l’attribution des permis d’exploitation forestière.

Le joli coup de griffe des Panthères 

La sélection nationale de football du Gabon, rapporte « L’Union » du 13 août 2010, se sent décidément à l’aise en territoire algérien. Après le retentissant succès (3-0) obtenu à Annaba en septembre 2006, les Panthères ont remis le couvert mercredi en dominant 2-1 les Fennecs (buts gabonais de Daniel Cousin, 35e et de Pierre-Emerick Aubameyang, 56e). Ce duo d’attaquants constitue d’ailleurs, avec la charnière Ecuelé Manga-Brou Apanga et le match livré par Willy Aubemayang dans l’entrejeu ou la prestation des locaux Bamba et Biyogho, la grande satisfaction de la soirée. De quoi lancer idéalement la longue préparation des Panthères en vue de la CAN 2012, estime pour sa part, « Gabon Matin » du 13 août 2010

« Le Scarabée » du 13 août 2010 s’interroge quant à la CAN 2012 : « Panthères du Gabon : Quelle équipe pour quels objectifs en 2012 ? »

Les sportifs reçoivent les encouragements du Chef de l’Etat 

C’est le titre de « L’Union » du 11 août 2010, qui signale qu’une délégation d’athlètes gabonais (football, hand-ball, basket, athlétisme), conduite par le Ministre des Sports, René Ndemezo’Obiang, a été reçue mardi par le Président de la République Ali Bongo Ondimba. Cela, ajoute « Gabon Matin » du 11 août 2010, au moment où le sport gabonais semble être dans une dynamique de succès.

Organisation de la CAN 2012 : le verdict de la CAF début septembre 

« Tribune » du 11août 2010» annonce que la délégation des experts de la CAF était attendue à Libreville, ce 12 août. Elle a dû reporter sa visite d’inspection des chantiers CAN au début du mois de septembre, en raison du Ramadan, le jeûne musulman. Le rapport issu de cette inspection sera déterminant pour décider si le Gabon et la Guinée-Equatoriale organiseront effectivement ou non la CAN 2012.

Un fœtus à palabres  

C’est une étrange et pénible affaire qui oppose deux voisines au quartier Balise à Port-Gentil. Et qui, selon « L’Union » du 10 août 2010, pourrait se terminer devant les tribunaux. L’une aurait en effet enterré de nuit, il y a trois ans, un fœtus dans la concession de l’autre, sans la prévenir. Un acte qu’elle a reconnu lors d’une réunion convoquée la semaine dernière à cet effet. Injonction lui a alors été faite   d’exhumer l’embryon. Jusqu’à lundi dernier, les recherches pour retrouver l’emplacement de la tombe n’avaient rien donné.

FIN/INFOSGABON/2010

© Copyright Infos Gabon

продвижение интернет магазина электроники

взлом одноклассники ru взлом одноклассники ру взломать одноклассники самому взлом одноклассники ру взлом стритрейсеров в одноклассниках взлом одноклассники ru

чит коды гта санандрес игра гта вайс сити прохождение форд оф танкс чит коды гта 5 код к игре гта сан андреас gta ua san andreas cheats jitia kod