Gabon : La semaine de travail d’Ali Bongo Ondimba

Libreville, 23 octobre 2011 (Infos Gabon) – L’agenda du Président de la République Gabonaise, Ali Bongo Ondimba, était très chargé la semaine écoulée. Le lundi 17 octobre 2011, le Président […]

Libreville, 23 octobre 2011 (Infos Gabon) – L’agenda du Président de la République Gabonaise, Ali Bongo Ondimba, était très chargé la semaine écoulée.

Le lundi 17 octobre 2011, le Président de la République a reçu en audience quatre ambassadeurs gabonais nommés lors du Conseil des Ministres du 8 septembre dernier. Il s’agit de Mme Aichatou Aoudou Sanni (Afrique du Sud), de Christophe Ella Ekogha (RDC), de François Mouély Koumba (Angola) et de Michel Moussa Adamo (Etats-Unis d’Amérique). Ces diplomates sont allés recueillir auprès du Chef de l’Etat gabonais des conseils et orientations avant leur départ pour les pays respectifs d’affectation. On se souvient que le N°1 Gabonais avait reçu la semaine dernière, deux autres nouveaux ambassadeurs du Gabon (en France et en Arabie Saoudite) pour les mêmes motivations.

Notons qu’à l’occasion du 2ème anniversaire de son arrivée à la tête du Gabon, Ali Bongo Ondimba, a, dans un style direct, répondu aux questions de notre consœur « L’Union », lesquelles ont tourné essentiellement autour des réformes engagées depuis deux ans, les chantiers lancés et les rapports avec l’Opposition, les prochaines élections législatives, la CAN 2012 et l’avenir. Sur toutes ces questions et sur bien d’autres, le Président de la République situe les uns et les autres. « Les Gabonais ne m’ont pas élu pour faire du surplace(…) Je veux être tolérant, mais j’accepterai très difficilement que l’on soit inactif, que l’on traîne les pieds, que l’on empêche les autres d’avancer ou que l’on sabote (…) », a-t-il indiqué en substance.

Le mardi 18 octobre 2011, une délégation de l’Union du Peuple Gabonais (UPG) était à la Présidence. Au menu de l’audience que le Chef de l’Etat gabonais a accordée à cette délégation des cadres de ce parti de l’Opposition, les dispositions prises par ledit parti et la famille afin que la Nation gabonaise rende un hommage digne à l’illustre disparu.

Le mercredi 19 octobre 2011, le Président Ali Bongo Ondimba et la Première Dame, Sylvia Bongo Ondimba, ont rendu à Pierre Mamboundou, un hommage posthume, en se rendant à son domicile familial au quartier Mindoubé, dans le 5ème Arrondissement de Libreville.

Rappelons que bouleversé par la disparition à un moment inattendu de ce géant de la politique gabonaise, le Président de la République Gabonaise a déclaré le lundi 17 octobre 2011 dans un communiqué officiel que Pierre Mamboundou était un homme de convictions, qui défendait depuis de nombreuses années son engagement politique. Il a reconnu aussi le caractère patriotique du combat de l’opposant historique.

Selon le Président de la République, M. Mamboundou laisse le souvenir indélébile d’un homme soucieux de construire un véritable dialogue républicain, et ainsi prêt à entendre et à accepter d’autres points de vue que le sien. Ali Bongo Ondimba a encore en mémoire les nombreux entretiens que les 2 personnalités avaient eus depuis son accession à la magistrature suprême, afin de renforcer davantage l’esprit de concorde qui doit prévaloir dans la vie politique gabonaise.

Le Chef de l’Etat a rendu un ultime et vibrant hommage à la mémoire de l’illustre disparu et a assuré les militants de l’UPG de la compassion de la Nation. Il a présenté à son proche entourage ses condoléances attristées, particulièrement à sa veuve, aux enfants, et à la famille, particulièrement marquée par cette disparition

Ali Bongo Ondimba a, par ailleurs, reçu en audience, le même jour à Libreville, Ian Makon, porteur d’un message du Premier Ministre zimbabwéen, Morgan Tsvangirai. La mission de l’émissaire zimbabwéen intervient quelques mois après la visite officielle de 48 h à Libreville du Premier Ministre zimbabwéen, venu solliciter l’implication du Gabon dans la recherche des voies et moyens pouvant conduire à l’avènement d’un système réellement démocratique au Zimbabwe.

Ce pays de l’Afrique Australe s’apprête à organiser des élections générales. Celles-ci interviennent après celles de mars 2008, ayant entrainé le pays dans la violence.

Le jeudi 20 octobre 2011, l’ambassadeur, représentant permanent du Gabon auprès de l’ONU, Noel Nelson Messone, a été reçu au Palais présidentiel à Libreville, par Ali Bongo Ondimba. L’entretien entre les deux hommes a essentiellement tourné autour des questions d’actualité débattues au niveau du Conseil de Sécurité de l’ONU où siège, depuis plus d’un an, le Gabon. Il s’agit du dossier de la création d’un Etat palestinien, des crises au Yemen et en Syrie, etc.

Le prochain Sommet sur l’Environnement qui aura lieu en Afrique du Sud, a également été abordé.

Sur tout autre plan, le Conseil des Ministres présidé le même jour par Ali Bongo Ondimba avait sollicité de la Commission Electorale Nationale Autonome et Permanente (CENAP), un délai de cinq jours de sursis pour les candidatures aux Législatives. A noter également l’hommage rendu encore une fois, au défunt Pierre Mamboundou, leader de l’Opposition et les mesures d’assouplissement de l’obtention de la Carte Nationale d’Identité.

Le Président Ali Bongo Ondimba a reçu en audience, le vendredi 21 octobre 2011 à Libreville, le président de l’Assemblée Nationale gabonaise, Guy Nzouba Ndama, venu échanger avec lui sur quelques faits brillants de l’actualité politique nationale. Les deux hommes ont notamment évoqué les élections législatives qui se profilent à l’horizon, précisément le 17 décembre prochain, et pour lesquelles le Parti Démocratique Gabonais (PDG) s’active pour s’assurer des résultats satisfaisants au bout du processus.

Autre fait abordé au cours de cet échange : le décès du président de l’Union du Peuple Gabonais (UPG). Une convergence de vues s’affirme sur la nécessité de prendre des dispositions pour que cet illustre disparu reçoive  l’hommage de la Nation gabonaise.

En deuxième heure, le Chef de l’Etat a eu une séance de travail avec les responsables de la Commission Nationale du Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs (MAEP). L’heure est à l’auto-évaluation du Gabon, portant sur des aspects ayant trait à l’amélioration du service public, la consolidation de l’Etat de droit, la sécurité des personnes, des biens et des investissements. Un débat national doit être engagé sur la gestion du pays, de façon interne, avant la présentation prochaine (très probablement en juin 2012) du rapport du MAEP par le Chef de l’Etat devant ses pairs. Ali Bongo Ondimba a du reste, procédé à la signature du Mémorandum d’entente consacrant le démarrage officiel du processus d’auto-évaluation du Gabon.

Il sied de noter que le MAEP, dont le Gabon est membre depuis le 4 avril 2003, apparait comme un instrument au service du développement des pays africains, en jouant un rôle d’accompagnement des politiques en matière de bonne gouvernance, en favorisant notamment, une gestion rationnelle et rigoureuse des ressources du continent.

Le Président de la République quitte Libreville aujourd’hui à destination de l’Europe de l’ouest pour une durée de 4 jours. Il sera à Genève (Suisse) du 24 au 25 octobre 2011 où il prendra part à  l’ITU Telecom World. Paris (le 26 octobre) sera la deuxième étape de son séjour européen pour assister à la 36e session de la Conférence générale de l’UNESCO. Londres (le 27 octobre) sera la dernière étape de cette munie tournée, où il prendra part à une réunion de haut niveau sur les changements climatiques.

FIN/INFOSGABON/MM/PK/2011

© Copyright Infos Gabon

Еще один важный инструмент продвижения сайта — это контекстная реклама.как улучшить свои продажи, и это не только о данной статье.

досуг девушек проститутки за 50 проститутки москвы 50 самые красивые проститутки москвы страшные шлюхи проститутки на дороге