Gabon / Coup d’Etat : Mba Obame défendu par Gaboneco

Libreville, 30 septembre (Infos Gabon) – Les journalistes doivent informer certes et exprimer aussi leur point de vue mais sont-ils forcément obligés de tomber aussi facilement dans le sensationnel pour […]

Libreville, 30 septembre (Infos Gabon) – Les journalistes doivent informer certes et exprimer aussi leur point de vue mais sont-ils forcément obligés de tomber aussi facilement dans le sensationnel pour attirer le lecteur ? Scandaliser ne doit pas être le but final? L’article concernant la découverte d’un important stock de roquettes enfouies sous terre dans la province du Woleu-Ntem, au nord du Gabon continue non seulement de susciter plusieurs réactions en sens divers, mais aussi à alimenter toutes les rumeurs dans le pays. Les armes de guerre ont été découvertes vendredi 17 septembre dernier au village Alloum à 6 km de la ville d’Oyem, chef-lieu de cette province nord du Gabon et menant vers la frontière avec la Guinée Equatoriale. Ces roquettes ont été découvertes par hasard suite à l’érosion de la place où elles étaient enterrées par une femme qui se rendait dans son champ.

La présence des projectiles jugés extrêmement dangereux et dont l’origine demeure inconnue, continue de provoquer la psychose chez les populations de cette partie du pays, ainsi que dans l’entourage de certains chefs d’Etat des pays voisins et essentiellement dans celui de la Guinée Equatoriale. Même au Gabon, certains milieux politiques proches de l’opposition et de la majorité boudeuse ne sont pas rassurés. Les informations données dans la précipitation par le site d’informations Gaboneco.com  a affirmé, sans en apporter la preuve, que la découverte de ces engins de guerre vient relancer le débat de la supposée tentative de coup d’Etat qu’aurait préparé en août 2009, l’ancien ministre de l’intérieur, André Mba Obame, candidat malheureux à l’élection présidentielle.  « Dans la capitale du Woleu-Ntem et à Libreville, où la nouvelle est parvenue dans certains milieux, on n’a pas hésité à penser à un opposant originaire de cette province, André Mba Obame, qui était accusé le 12 septembre 2009 par le journaliste Francis Sala Ngouah-Beaud d’avoir contacté les autorités équato-guinéennes et Camerounaises dans l’optique d’une prise du pouvoir par la force ». On rappelle que cet ancien candidat à l’élection présidentielle est originaire de la province où l’on vient de découvrir ces armes.

Pour une presse gabonaise qui se dit non indépendante, il y a lieu de se demander à quoi elle ressemblerait quand la démocratie sera effective dans notre pays. L’article de Gabonéco qui, visiblement, prend position pour André Mba Obame ne fait que mettre en avant un système : tout le monde sait que pour exister de nos jours il faut passer par les médias et les médias ont acquis grâce à cela un pouvoir trop important qui finalement les détruira… « Il faut donc conclure à une fausse alerte. Et, on est bien loin du coup d’Etat de Mba Obame. » Ces munitions n’ont rien à voir avec lui. AMO n’est pas responsable et ne connais pas l’origine de ces obus ! Quoi de plus, notre époque montre les limites du journalisme et l’intérêt de l’article est là : réfléchir sur le rôle des journalistes aujourd’hui. L’article discrédite ses actions et cela est bien dommage !

En plus, pourquoi présumer que ces munitions pourraient impliquer Mba Obame? Pendant qu’une enquête était en cours ? Qui ment dans cette affaire? Les autorités locales qui ont rapporté la nouvelle au ministre de tutelle? Ou le ministre de la Défense lui-même? Ou encore, les journaux? Comment expliquer qu’une entreprise même se permettrait d’effectuer des travaux sur un terrain militaire? Comment un particulier offrirait gracieusement un terrain à l’armée? Au nom de qui et de quoi? Comment expliquer qu’un terrain acheté par l’armée pour servir de champ de tir puisse, à 4 km d’Oyem, être transformé en carrière exploitée par une entreprise à l’insu des militaires ? Y-a-t-il eu négligence de la part des personnels militaires de la région militaire d’Oyem et probablement collusion avec l’entreprise pour autoriser l’exploitation de la carrière ?

Le gouvernement n’a pas réagi lorsque Gaboneco en avait parlé en livrant une version quasi-identique. Il a plutôt réagi à la suite de l’article de l’Union. Que dit donc le gouvernement de l’article de l’Union qui a implicitement mis en cause l’opposition ? Pourquoi l’Union a-t-il donné une telle version ? On sait que dans le Woleu-Ntem il y a le secrétaire général de la Présidence, et le très émergent ministre des Sports qui estiment que c’est leur basse cour et que Mba Obame leur fait de l’ombre. Pourquoi alors que Gaboneco avait déjà livré toute la vérité sur le sujet, est-on revenu dessus.

Rappelons que dans une interview accordée à l’hebdomadaire L’Express, publiée le 11 mars 2010, André Mba Obame, le candidat malheureux à l’élection présidentielle du 30 août 2010, par ailleurs Secrétaire Exécutif de l’Union Nationale, (UN, Opposition), « Le vrai Président du Parti », selon ses sympathisants, affirmait que le Gabon risquait de connaître, avant la fin de l’année 2010, un coup d’Etat comme celui qu’a subi Mamadou Tandja au Niger! Des propos qui ont suscité beaucoup de réactions. Tout en le qualifiant d’ : “un aigri, un nostalgique de l’ordre ancien, un hystérique, apôtre du clientélisme, du tribalisme et du repli identitaire”, d’aucuns estiment même que cet homme doit être mis hors d’état de nuire. Ces sorties médiatiques associées à celles de Bruno Ben Moubamba, un autre candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2009 et “le” Vice Président de l’UN, comme il signe ses articles et ses déclarations, dérangent le directoire du parti. Cela sous entend qu’il y a crise de leadership au sein de l’Union Nationale, confirmant de facto les analyses du journal Gabon Matin sur le fonctionnement de ce « Grand parti d’opposition ». Au passage, un sage du parti nous a confié que ces sorties médiatiques, empiétant sur les prérogatives du Porte-parole du parti, dérangent tout le monde. Puis qu’on ne sait plus qui est qui, et quel est le rôle de chacun ? Etant donné que le Président du parti Zacharie Myboto, ainsi que les autres Vice-présidents notamment Jean Eyeghé Ndong, Casimir Oyé Mba, Jean Ntoutoume Ngoua et les autres sont effacés.     

Revenant sur André Mba Obame. Une dizaine de jours plus tard, soit le 23 mars 2010, il a réitéré les propos tenus chez L’Express, cette fois sur Africa 24 : « En trois mois, je crois qu’on a fait pire qu’en dix ans. (…) Les militaires, c’est là où il y a le plus gros risque. Si la situation perdure, la méthode ou le cas du Niger peut faire école. »

Au vu de ce qui est relaté, l’opinion s’interroge sur le mobile de l’article de Gaboneco avec prise de position pour défendre Mba Obame. Une machination doit être derrière, estiment plusieurs observateurs.

Tout ça pue l’intrigue à plein nez. Le gouvernement devrait rechercher les inspirateurs de cet article publié par Gaboneco s’il veut être crédible…

FIN/INFOSGABON/CE/2010    

© Copyright Infos Gabon

Понятие о CMS и их видах.продвижение по трафику, наши клиенты уже извлекают из этого пользу, наши действия настолько отточены, что даже не возникает мысли о каких-либо проблемах с работой сайта.

смотреть как взломать контакт бесплатно взломать страницу в контакте взломать качок в контакте взломать вормикс в контакте взломать качка в контакте как взломать контакт скачать легко взломать страницу в контакте

индивидуалки москвы фото проститутки города москвы муж и проститутки интим досуг в спб износиловали шлюху проститутки одинцова